Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer La numérisation du monde

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site

01/10/2017 ajout :
Parcours ricordien
- L'image de Dieu et l'épopée humaine
- Ricoeur philosophe et théologien

24/09/2017 ajout :
La numérisation du monde
- La vie algorithmique

09/09//2017 ajout :
La numérisation du monde
- Philosophie de la donnée
- La siliconisation du monde

27/08/2017 ajout :
La numérisation du monde
- Les objets connectés du futur

29/07/2017 ajout :
La numérisation du monde
- Les évolutions suite à la numérisation dans l'usine

29/07/2017 Nouvelle prespective :
La numérisation du monde
- Liminaire
- Le numérique redistribue des pouvoirs aux gens

 

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Téléchargements
Si le lien ne fonctionne pas, contactez le webmestre pour l'en informer.

Fermer Parcours spinoziste

Dans le Court Traité,Spinoza maintient le mot de croyance pour désigner la connaissance par raisonnement. Cette croyance est vraie, mais c’est encore une croyance droite. Le sujet rejoint l’objet par raisonnement, par inférence, au lieu Dans le Court Traité, Spinoza maintient le mot de croyance pour désigner la d’être en face de la chose même, et de la laisser, selon les termes du Court Traité, opérer en lui.
Dans le De emendatione, la connaissance par raison est plus séparée de la connaissance intuitive qu’elle ne le sera dans l’Ethique. Nous sommes toujours, dans le De emendatione, menacés de retomber dans une théorie de la passivité de l’esprit. Ainsi, au paragraphe 59, Spinoza déclare qu’il faut « faire des expériences » pour savoir de quelle loi des choses éternelles chaque chose particulière est faite.   
Par l’Ethique, on apprend que la connaissance peut être active et discursive sans être pour autant subjective, comme on aurait pu le craindre, et qu’elle peut suivre tout à fait l’ordre de l’être, qui est à la fois, on le verra, celui des choses et celui de la raison. Voilà pourquoi le livre Ier de l’Ethique se développe tout entier à partir de l’Etre premier, de l’être cause de soi, de la substance cause de soi.

LA_CONNAISSANCE_RATIONNELLE.zip(??? ko)Téléchargé 481 foisTéléchargerHyperlien


^ Haut ^