Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer La numérisation du monde

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site

01/10/2017 ajout :
Parcours ricordien
- L'image de Dieu et l'épopée humaine
- Ricoeur philosophe et théologien

24/09/2017 ajout :
La numérisation du monde
- La vie algorithmique

09/09//2017 ajout :
La numérisation du monde
- Philosophie de la donnée
- La siliconisation du monde

27/08/2017 ajout :
La numérisation du monde
- Les objets connectés du futur

29/07/2017 ajout :
La numérisation du monde
- Les évolutions suite à la numérisation dans l'usine

29/07/2017 Nouvelle prespective :
La numérisation du monde
- Liminaire
- Le numérique redistribue des pouvoirs aux gens

 

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Parcours psychophysique - Présentation




PARCOURS PSYCHOPHYSIQUE
 
PRÉSENTATION
 
La psychophysique, née avec les études de G. T Fechner à la fin du XIXe siècle, a pu être définie comme l’étude des relations entre les stimuli et les sensations. Ce physicien brillant, convaincu que la matière et l’esprit n’étaient qu’une même réalité a cherché à la fonder scientifiquement. Il l’a appelée « la science exacte des relations fonctionnelles ou relations de dépendance entre le corps et l’esprit ».
En effet, la grande question qui s’est posée aux savants, et qui les tient toujours en haleine est celle du cerveau. Comment cet organe qui est de la matière est-il en mesure de produire du spirituel ?
La psychophysique a connu un regain d’intérêt après les acquis de la mécanique quantique tout au long du XXe siècle. En effet, comme le souligne le maître spirituel Krisnamurti, « jusqu’à une époque récente, l’homme ignorait tout des propriétés physiques et chimiques de la pensée », privilégiant pour elle un fonctionnement à titre mécanique, sans parvenir jamais à croire qu’elle était autre chose qu’une machine. Le physicien émérite Daniel Bohm, quant à lui, l’a formalisée tout récemment comme l’extension logique d’un modèle à un autre : « Nous sommes persuadés que notre fonctionnement psychologique s’effectue à partit d’un centre. Sur le plan physique, nous fonctionnons forcément à partir d’un centre, puisque le corps est le centre de notre champ de perception. Et en appliquant à la sphère psychologique un modèle similaire, on obtient une notion de centre individuel ».
Les deux penseurs qui viennent d’être cités, ont apporté une large contribution à cette science, leur attention ayant été attirée conjointement par le problème de l’observateur et de l’observé qui est au cœur de la physique théorique, principalement axée sur les implications de la théorie quantique. Pour s’être écoutés et compris profondément, ils ont traduits cette préoccupation en termes convaincants dans un livre qui rassemble les discussions qui se sont déroulées en 1975 et en 1980. Leurs « Limites de la pensée » illustrent de façon particulièrement lumineuse leur démarche.
 
SUR « LES LIMITES DE LA PENSÉE »
 
De cette science psychophysique, le sens commun, n’a que des vues sommaires. Pour lui, la pensée est sans limites et se développe selon deux pôles opposés, soit qu’on pense bien (le bien), soit qu’on pense mal (le mal). De sorte que, d’une manière générale, on s’intéresse plus à son contenu qu’à sa mécanique précise. Ainsi que le dit David Bohm, « on peut affirmer que nous ne voyons pas ce qui se passe véritablement en nous, lorsque nous sommes occupés à penser ».
Le document lui-même comporte sept chapitres qui concernent successivement – La vie en vérité – Le désir et le bien – Au-delà de l’attention et de la vigilance –La pensée et la perception – Le tradition et la vérité – La vision libératrice – L’intelligence de l’amour.
La présentation qui va en être faite résulte d’une augmentation de sa partition par la création de nombreux sous-chapitres. Par ailleurs, étant entendu qu’il ne s’agissait pas de reproduire la totalité de l’ouvrage, mais d’en tirer la quintessence, la recension des chapitres a été limitée à leur phase terminale – partie où l’on voit l’argumentation prendre un tournant décisif qui permet au lecteur de s’acheminer, en droite ligne et à bon escient, vers la conclusion.
Les extraits présentés sont référencés selon l’édition Stock Poche 2011.


Date de création : 30/01/2013 @ 08:54
Dernière modification : 30/01/2013 @ 08:56
Catégorie : Parcours psychophysique
Page lue 3014 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^