Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer La numérisation du monde

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site

04/11/2017 ajout :
Parcours ricordien :
La pensée de Paul Ricoeur chez E. Macron

04/11/2017 ajout :
Economie
- Marchand, non marchand
Sociologie
- Une sociologie délivrée de l'héritage bourdieusien

01/10/2017 ajout :
Parcours ricordien
- L'image de Dieu et l'épopée humaine
- Ricoeur philosophe et théologien

24/09/2017 ajout :
La numérisation du monde
- La vie algorithmique

09/09//2017 ajout :
La numérisation du monde
- Philosophie de la donnée
- La siliconisation du monde

27/08/2017 ajout :
La numérisation du monde
- Les objets connectés du futur

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Théologie 3 - Présentation



THÉOLOGIE 3
 

Présentation - Dieu, tout-puissant, a sa propre façon d’être et d’étendre son règne

 

Il s’agit là de méditer avec Jean-Luc Marion ce que Schelling nommait « la liberté de Dieu à l’égard de sa propre existence ». Cet auteur, dans son récent « Dieu sans l’être » (1982), tente de rendre problématique cette évidence où les philosophes issus de la métaphysique conviennent avec les théologiens issus du néo-thomisme : Dieu avant toute chose a à être.

Affirmation que Marion  commente : « Ce qui veut à la fois dire qu’avant les autres étants, il aurait à être ; et qu’avant toute autre initiative, il aurait aussi à prendre celle d’être. »

Alors, pour le cartésien qu’il est, le doute s’installe : « et si Dieu n’avait pas d’abord à être, puisqu’il nous a aimé le premier, quand nous n’étions point ? Et si nous devions, pour l’envisager, non pas l’attendre dans l’horizon de l’être, mais nous transgresser nous-mêmes en risquant d’aimer l’amourà nu, à cru ».

Et pourtant, il faut bien voir que cet amour nous reste essentiellement inaccessible, de sorte que « la suspension qui délivre Dieu de l’être ne nous devient praticable qu’en sa face négative – la vanité, que déverse la mélancolie sur le monde des étants ».

Ainsi, nous éprouvons la vanité par la mélancolie et comme le précise encore Marion, « nous éprouvons, par défaut, l’irréductibilité de l’amour. Bref, la mélancolie nous ouvre à la distance ». Voilà notre statut d’homme.  

En définitive, « c’est parce que Dieu ne relève pas de l’être qu’il advient en nous et qu’il y advient comme un don. Ainsi que l’écrit Y. Bonnefoy,dans Le leurre du seuil (Paris, 1975) – ‘Dieu qui n’est pas, mais qui sauve le don’ –, il le sauve précisément « parce qu’il n’est pas et n’a pas à être ».

Dernier constat : « car le don n’a pas d’abord à être mais à se déverser dans un abandon qui, seul, le fait être ; Dieu sauve le don en le donnant avant que d’être ».

Voilà le statut de DIEU, de DIEU le Père.
   

Reste encore à cerner le don, l’amour, ou ce qui revient au même la charité. A l’évidence, constate Marion, « l’amour se fait plus qu’il s’analyse ; l’une des manières de le faire, en ce qui concerne Dieu, tient à l’Eucharistie : le Verbe y quitte le texte pour prendre corps ». Voilà le statut du Fils de Dieu fait homme.

« Le don eucharistique consiste en ceci que l’amour y fait corps avec le nôtre – de corps ». De sorte que si le Verbe se fait corps aussi, sans doute pouvons-nous en notre corps, dire le Verbe en une parole non-muette mais effective : la charité. Nous pouvons vivre sa présence et parler longuement de lui : théologie.  

 
Trois statuts se trouvent ainsi précisés:
 

– CELUI DU PÈRE : DIEU ET LA DOUBLE IDOLÂTRIE

ou COMMENT, PAR L’AGAPÈ, DIEU S’EXONÈRE DES DEUX CONCEPTS DE L’IDOLÂTRIE
 
CELUI DE L’HOMME : ENTRE IDOLE ET ICÔNE
ou LA POSSIBILITÉ D’UN REGARD QUI N’AIME RIEN ET QUE RIEN N’AIME
 

CELUI DU FILS : LE SITE EUCHARISTIQUE DE LA THÉOLOGIE

ou LES TRACES ET LES MONU1MENTS DE L’AVÈNEMENT DU CHRIST






Date de création : 08/01/2011 @ 10:18
Dernière modification : 10/01/2011 @ 17:53
Catégorie : Théologie 3
Page lue 3797 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^