Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer La numérisation du monde

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site

04/11/2017 ajout :
Parcours ricordien :
La pensée de Paul Ricoeur chez E. Macron

04/11/2017 ajout :
Economie
- Marchand, non marchand
Sociologie
- Une sociologie délivrée de l'héritage bourdieusien

01/10/2017 ajout :
Parcours ricordien
- L'image de Dieu et l'épopée humaine
- Ricoeur philosophe et théologien

24/09/2017 ajout :
La numérisation du monde
- La vie algorithmique

09/09//2017 ajout :
La numérisation du monde
- Philosophie de la donnée
- La siliconisation du monde

27/08/2017 ajout :
La numérisation du monde
- Les objets connectés du futur

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Théologie 1 - Exégèse patristique de l'ancien testament - Présentation

L’exégèse patristique ou exégèse des Pères de l’Eglise, est doublement méconnue. Elle est relative à une période qui n’intéresse plus qu’une infime minorité de chrétiens et les textes qui la concernent, ceux de l’Ancien Testament, font rarement partie de l’enseignement qui leur est prodigué. La présente recherche, comme « retour aux sources », a pour objet de combler ces lacunes.


Qui sont ces Pères de l’Eglise ?

Sont généralement désignés par cette expression, selon un choix de la tradition ecclésiastique, certains écrivains de l’Antiquité chrétienne tenus pour d’authentiques garants de l’orthodoxie de la foi. L’appellation de « Père » pour désigner ces docteurs remonte à la plus haute antiquité. Elle correspond tout d’abord à la relation de maître à disciple dans la chaîne de tradition vivante dont ces premiers chrétiens se plaisent à souligner la continuité et l’unité depuis le Christ et les Apôtres jusqu’à eux. C’est ce point de vue que, pour l’avoir vécu, Clément d’Alexandrie amis en évidence dans ses Stromates[1] :

« Ces maîtres, conservant la tradition authentique du bienheureux enseignement issu tout droit des saints Apôtres Pierre, Jacques, Jean et Paul, chaque fils recevant l’enseignement de son père, se sont perpétués jusqu’à notre époque, grâce à Dieu, pour déposer en nous ces belles semences de leurs ancêtres et des Apôtres ». Les maîtres spirituels des différentes communautés chrétiennes (Alexandrie, Antioche, etc.), c’est-à-dire les évêques, dans la continuité de la tradition ecclésiastique, reçoivent donc ce titre de « Père » en priorité. Mais peu à peu, notamment chez saint Augustin et Vincent de Lérins, s’est faite jour la notion des Pères de l’Eglise pour désigner les témoins authentiques de la doctrine chrétienne[2].


A la découverte du sens caché de l’Ecriture

Dès que l’on a eu foi en Dieu comme auteur de l’Ecriture (et les Pères furent de ceux-là), un système de recherche parfaitement cohérent a pris naissance. L’Auteur divin ne pouvant se livrer par des concepts humains a parlé par énigmes ; d’où la présence dans la Bible, au-delà du sens ordinaire, des mots d’un autre sens, « spirituel », « mystique », « divin », caché sous le premier. « Dieu dit une chose pour en signifier une autre plus profonde », de sorte que l’exégète, lorsqu’il donne une interprétation allégorique d’un texte, « ne prétend pas ajouter un sens nouveau mais retrouver le sens que Dieu y a mis. Quant aux évènements qui sont racontés, ils ont bien pu avoir lieu, mais la vraie question pour l’exégète, est de savoir pourquoi Dieu nous les raconte ». C’est sans doute qu’ils sont symboles d’autre chose, de sorte que le problème global qui se pose est de retrouver la pensée de Dieu sous des symboles.

L’étude qui fait suite comprend deux parties : 1ère partie – Les Livres du Pentateuque (3 fichiers) ; 2ème partie – Les Livres historiques (5 fichiers).



[1] Nous aurons l’occasion de revenir plus longuement sur la filiation qui va de Panthène à Origène, au centre de laquelle il se trouve.

[2] Saint Jérôme et Origène comptent au nombre des bénéficiaires de cette extension de sens.


Date de création : 29/12/2006 @ 10:57
Dernière modification : 11/01/2011 @ 07:38
Catégorie : Théologie 1
Page lue 6171 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par PierreEtienne25 le 15/04/2011 @ 07:15

<<  la vraie question pour l’exégète, est de savoir pourquoi Dieu nous les raconte >>.
Cette phrase a accroché mon attention.
Étudiant en théologie, préparant l'examen d’exégèse patristique, c'est une très bonne introduction pour mon devoir écrit et j'espère que les autre chapitres de théologie 1, 2 et 3 vont me faciliter la préparation de l'oral.
J'en dirai plus après l’examen.
Pierre-Etienne
 

^ Haut ^